Le 8 octobre 2020, nos confrères parisiens lançaient la mobilisation #LibérezLesEscapeGames. Cette démarche faisait suite à un arrêté préfectoral obligeant la fermeture de leurs commerces, jugée unanimement incohérente par la profession. En effet, la majorité des Escape Games en France a mis en place, dès leur réouverture en juin 2020, un protocole sanitaire strict : port du masque obligatoire en tous temps, réservations en ligne privilégiées, désinfection des espaces de jeu et d'accueil... La charte "Jouons en confiance" a également été créée afin de garantir un loisir en toute sécurité pour nos joueurs, ainsi qu'à nos Game Masters. Malgré tous nos efforts, notre activité n'est pas reconnue par les pouvoirs publics. Trop récents, ils ne connaissent pas les Escape Games et encore moins nos mesures sanitaires. En conséquence, nous avons à nouveau été les premiers à devoir fermer nos établissements et nous seront probablement encore les derniers à pouvoir les rouvrir. 

Aujourd'hui, ce sont les 8 métropoles déclarées en état d'alerte maximale qui sont concernées par cette injustice. Aujourd'hui, ce sont des centaines d'enseignes qui ne savent pas combien de temps elles vont devoir rester fermer, alors qu'elles ne mettent pas en danger leurs clients. Aujourd'hui, ce sont des entreprises qui craignent devoir mettre la clé sous la porte et des milliers de salariés qui risquent de se retrouver au chômage. Aujourd'hui, nous demandons plus de transparence de la part de nos élus, de notre gouvernement, de nos préfets. Nous leur demandons de reconnaître à juste titre notre activité et de nous écouter, afin de pouvoir, ensemble, trouver une solution pour ne pas voir mourir nos commerces de proximité, tout en luttant contre cette crise qui nous touche tous.

Voici notre appel à l'aide, lancé le 8 octobre 2020 à Paris : 

 

Doit-on laisser mourir les Escape Games dans l’ignorance ?

Nous n’avons pas un porte-parole de la notoriété de Philippe Etchebest. Nous n’avons pas le poids politique du Puy-du-Fou. Nous ne sommes pas un grand groupe côté au CAC 40. Nous représentons une activité récente dont certaines enseignes sont si jeunes qu’elles ne peuvent prétendre à (presque) aucune aide. Nous, les 860 enseignes d’Escape Game de France, devons progressivement fermer nos portes en dépit du bon sens. 

Alors que cinémas, théâtres, musées, restaurants sont à ce jour toujours ouverts, qui trouvera cohérent que nous soyons forcés de tirer le rideau ? Alors que : 

  • Le port du masque pour tous et en toute circonstance y est imposé et que le lavage des mains de chacun dès leur arrivée y est généralisé. Par ailleurs, ce sont des espaces vastes avec peu de personnes. 
  • L’Escape Game représente une activité pratiquée par une sphère d’amis, une même famille, en groupe de 5 à 6 personnes maximum, sans se mêler à un autre groupe. 
  • Nous ne sommes pas un lieu proposant de l’alcool ou un repas. Le respect des gestes barrières y est total et permanent. Peu de commerces peuvent s’en targuer.

Pousser des entreprises françaises à la faillite par méconnaissance de leur activité, c’est irresponsable !

Nous avons pleinement conscience de la situation sanitaire qui touche notre pays. Nous sommes des citoyennes et citoyens responsables. Nous ne faisons pas passer la croissance économique avant la santé des plus fragiles. Nous avons d’ailleurs attendu d’être les derniers à pouvoir rouvrir en mai et juin, sans se plaindre de l’incohérence de cette décision ou faire preuve d’impatience. Nous avons été collectivement solidaires pour s’assurer du respect total du protocole sanitaire dès notre réouverture. Nous avons même constitué notre propre charte Jouons en Confiance, allant bien au-delà des recommandations du Ministère du Travail.

Que devons-nous faire de plus pour être considérés ? Veut-on laisser mourir des petites sociétés qui investissent en France et sont génératrices d’emplois sur le territoire national car on ne les connait pas et qu’on les a placées dans une catégorie d’établissements recevant du public fourre-tout ? 

Monsieur Jean Castex, Premier Ministre, Monsieur Olivier Véran, Ministre de la Solidarité et de la Santé, Madame Élisabeth Borne, Ministre du Travail, de l’Emploi et de l’Insertion, Mesdames et messieurs les Députés et Sénateurs, Maires des communes concernés, Préfets, n’abandonnez pas nos loisirs de proximité car encore méconnus des pouvoirs publics. 

Réagissez, #LibérezLesEscapeGames.

 

> Retrouvez le communiqué de presse en PDF, ici.

Partagez cet article